trouver le temps d'écrire
Quatre astuces pour trouver le temps d’écrire / 4 Ways to Find Time to Write
16 janvier 2020
box pour écrivains
Mon avis sur la box pour écrivains Scribbler / Review: the Scribbler subscription box for writers
26 février 2020
apprendre des langues étrangères

Note: you’ll find the English version below the French version.

Depuis l’an dernier, je propose une séance d’écriture en anglais (facultative) dans les ateliers d’écriture créative pour ados. L’initiative n’est pas venue de moi, car j’étais persuadée que les ados ne se sentiraient pas à l’aise pour écrire en anglais, mais d’un collégien qui a de lui-même décidé d’écrire en anglais. Comme cela a bien fonctionné, j’ai eu envie de reproduire l’expérience. Nous venons de terminer cette séance en anglais avec les lycéens niveau 3 et pour rester sur ce thème je vais donc vous proposer un article qui n’a pas exactement un lien avec l’écriture, mais qui me tient vraiment à cœur : comment apprendre les langues étrangères.

Aujourd’hui, je travaille en deux langues : français et anglais. J’écris de la fiction en anglais et je travaille avec des auteurs américains, bien que le français soit ma langue maternelle. Je lis également dans plusieurs langues : français, anglais, suédois, allemand et néerlandais. Mais si j’ai appris quelques bases à l’école, j’ai en grande partie progressé seule, en dehors du système scolaire. À travers cet article, j’ai envie de vous proposer quelques méthodes d’apprentissage qui ont fonctionné pour moi, que vous ayez envie de progresser dans une langue étrangère pour voyager, pour votre travail ou pour lire des romans en VO.

Ces façons de faire un peu particulières ne fonctionneront pas pour tout le monde, mais si vous cherchez à progresser et que vous avez l’impression de stagner, j’espère que vous y trouverez quelques pistes pour apprendre des langues étrangères. Cet article s’adresse aussi bien à des adultes qu’à des ados.

1) Les bases pour apprendre des langues étrangères

Je tiens à préciser que pour toutes les langues que j’ai été amenée à pratiquer activement (et pas seulement à lire), j’ai commencé par apprendre quelques bases de manière scolaire afin de maîtriser un minimum la grammaire et la conjugaison et de comprendre comment composer des phrases. Cependant, j’ai rapidement remarqué que cet apprentissage n’était pas suffisant pour comprendre un film, pour lire un roman et encore moins pour écrire de la fiction dans une langue étrangère.

En tant qu’ancienne traductrice, je regrette qu’on propose trop souvent aux apprenants de retenir des listes de vocabulaire en mettant en parallèle un mot français et son équivalent en langue étrangère sans les mettre en garde. Car il y a un risque avec cette méthode : les langues ne fonctionnent pas comme les mathématiques. Chaque mot a plusieurs sens et des connotations différentes. Si ce n’est évidemment pas l’objectif, cela pourrait faire imaginer à tort que tel mot est toujours équivalent à tel autre, alors que ce n’est le cas que pour un sens donné.

Mon autre problème avec cette méthode (et c’est en tout cas ce que j’ai pu constater pour mon propre cas) est que je retiens moins bien un mot que j’ai appris par cœur qu’un mot dont j’ai deviné le sens dans le contexte de plusieurs phrases.

Voici donc quelques méthodes qui m’ont permis de continuer à progresser.

2) Les films

La première fois que j’ai appris une langue en dehors du milieu scolaire, c’était l’anglais. Aujourd’hui, je vois nettement la différence entre l’allemand (pourtant ma LV1 à l’époque) que j’ai appris uniquement à l’école (et plus tard en école supérieure) et l’anglais que j’ai appris en partie en milieu scolaire, mais aussi de manière beaucoup plus libre.

Pour la petite histoire, j’ai progressé d’un coup en anglais sans m’en rendre compte en regardant Le Seigneur des anneaux. J’étais passionné par ce film, mais au bout de quelques visionnages en français, je connaissais les dialogues et cela n’avait plus vraiment d’intérêt. J’ai commencé à regarder le film en anglais avec les sous-titres anglais. Autant dire que je l’ai regardé quelques fois. Comme je connaissais déjà les dialogues en français et que j’avais quelques bases en grammaire anglaise, j’ai commencé à déchiffrer l’anglais. J’apprenais à utiliser des mots dans leur contexte. Je ne les comprenais peut-être pas la première, la deuxième ou même la dixième fois, mais je finissais par faire le lien entre toutes les phrases dans lesquelles je l’avais lu et je parvenais à en comprendre le sens.

Il est devenu facile de regarder des films en version originale à la télé, au cinéma ou sur Netflix. Je vous recommande donc vraiment de regarder vos films en VO pour progresser.

3) Les jeux vidéo

Si vous êtes fan de jeux vidéo, vous remarquerez que vous pouvez facilement changer la langue de vos jeux, si les dialogues ne sont pas déjà en anglais. C’est une autre manière de progresser de manière ludique en joignant l’utile à l’agréable.

4) La lecture

Je vais peut-être vous surprendre, mais j’ai commencé à lire des romans en anglais à la fin de la 4e, soit moins d’un an après avoir commencé à apprendre l’anglais à l’école. Je n’ai ni commencé par un roman bilingue ni par un conte pour enfant. Mon premier roman en anglais était Harry Potter et l’ordre du phénix qui, comme vous vous en souvenez peut-être, est le plus gros tome de la série Harry Potter. Et le pire, c’est qu’à ce stade, je ne comprenais qu’une partie des mots que je lisais dans les premières pages. Pourtant, je n’ai ouvert un dictionnaire qu’une paire de fois pour le tome entier.

Vous vous dites sans doute que je n’ai rien compris. Et pourtant si, j’ai compris l’histoire. Et c’est pour moi encore une autre idée reçue sur l’apprentissage des langues. Pour certains, il faudrait comprendre tous les mots pour savoir lire. Mais connaissez-vous le dictionnaire français tout entier ? Ne vous arrive-t-il jamais de découvrir de nouveaux mots et de déduire leur sens à partir du contexte ? Êtes-vous né(e) en comprenant votre langue maternelle ? Cela prouve que vous n’avez pas besoin de comprendre tous les mots pour commencer à lire dans une langue étrangère. Et comme je l’écrivais plus haut, si vous comprenez un mot en contexte au lieu de chercher chaque mot dans le dictionnaire, vous aurez moins de chances de l’oublier et vous saurez comment l’utiliser.

Harry Potter étant ma saga préférée, j’avais la motivation nécessaire pour le lire (j’étais bien trop impatiente pour attendre la traduction française). Trouver la bonne motivation est pour moi essentiel pour apprendre une langue étrangère.

D’autre part, vous remarquerez que j’ai commencé à lire le tome 5. J’avais lu les premiers tomes en français et déjà regardé les films en anglais afin de découvrir un minimum de vocabulaire. Je vous recommande donc de commencer par un roman que vous avez déjà lu en français, en veillant de préférence à ce que le vocabulaire ne soit pas trop difficile. Pour le suédois et le néerlandais, j’avais choisi Twilight (d’où la rangée de tomes de Twilight dans plusieurs langues dans ma bibliothèque).

5) L’écoute

a) Les dessins animés pour tous petits

J’ai eu la chance de passer quelques mois en Suède en tant qu’étudiante Erasmus. J’avais commencé à apprendre le suédois avec une prof particulière en terminale, mais je n’avais quasiment pas pratiqué le suédois à l’oral. Quand j’ai commencé à prendre des cours de suédois à l’université, c’était très loin de la méthode français d’apprentissage des langues. Le professeur nous parlait en suédois trois heures par semaine et se contentait de faire des gestes, de parler très distinctement et de traduire quelques mots en allemand s’il en avait envie. Le problème, c’est que quand j’écoutais des personnes dans la rue ou que je regardais la télé, la cadence n’était plus du tout la même et il n’y avait plus les gestes pour m’aider à comprendre.

Je me suis entraînée avec une méthode vraiment étrange : j’ai commencé par regarder quelques épisodes de Dora l’exploratrice en suédois. Le problème des dessins animés pour les enfants plus grands, c’est que la voix est souvent distordue et le débit de parole beaucoup plus rapide, donc j’avais beaucoup de mal à comprendre quoi que ce soit. Mais les dessins animés pour les tous petits sont faits pour aider les enfants à apprendre des mots, donc cela m’a permis d’en apprendre quelques-uns et d’habituer mon oreille à distinguer les sonorités.

b) Les livres audio

J’ai écouté des livres audio pour la première fois en Suède. J’avais déjà lu un tome de Twilight en suédois et j’avais appris beaucoup de vocabulaire, mais je ne savais pas comment le prononcer. J’ai donc décidé d’acheter les livres audio. Évidemment, il aurait été trop difficile de les écouter seuls. Je les ai utilisés avec les romans au format papier. Pour cela, il faut déjà avoir une bonne cadence de lecture. J’écoutais le livre audio et je suivais sur le roman, ce qui me permettait de lire le mot et de l’entendre en même temps. J’ai trouvé que c’était un très bon moyen de progresser en ce qui concerne l’écoute.

c) La télé, les films et YouTube

Une fois que vous vous sentez suffisamment à l’aise, c’est le moment de commencer à regarder la télé, des films et des vidéos YouTube (par exemple des chaînes BookTube !) sans les sous-titres. S’il ne vous est pas possible de regarder la télé dans la langue que vous apprenez, vous pourrez peut-être trouver des programmes accessibles depuis l’étranger sur les sites Web des chaînes télé du pays.

6) Trouver un correspondant

Parmi les méthodes que j’ai testées, trouver un correspondant ou une correspondante est une super manière de progresser, mais aussi de découvrir un peu mieux le pays et les traditions. Pour ma part, j’ai profité pendant quelques temps d’un système de binôme via l’Université de Stockholm. J’ai été mise en relation avec une suédoise qui apprenait le français. L’expérience n’a pas duré, mais j’ai trouvé ça très utile.

7) Partir à l’étranger

La meilleure méthode pour apprendre une langue reste bien sûr d’être en immersion dans le pays, même si ce n’est malheureusement pas possible pour tout le monde. J’ai en tout cas pu constater que j’avais progressé très rapidement pendant la période où je vivais en Suède.

J’espère que cet article vous aura permis de trouver quelques méthodes qui vous conviendront pour progresser en langues étrangères. Avant tout, je pense qu’il est essentiel de trouver la bonne source de motivation.

Et vous, quelles sont vos méthodes pour apprendre des langues étrangères ?

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à vous abonner à la Newsletter pour être informé des prochains articles de blog et du lancement de nouveaux ateliers. Pour ce faire, accédez à la page Contact ou cliquez sur le bouton orange en bas à droite de votre écran.

***

English version :

Since last year, I’ve been asking the teenagers from the writing workshop to write in English once a year. This is an optional writing session, so they can still write in French if they would rather not write in English. It wasn’t my idea, because I was certain my students wouldn’t be comfortable doing that. One of my students actually decided one day that he wanted to write in English. It worked well, so I thought I’d do it again. Since the teenagers wrote a text in English last week, I wanted to write a blog post about a different topic, but one that is very important to me: how to learn foreign languages.

I can use two languages “professionally”: French and English. I write fiction in English and I critique the work of American writers, even though French is my mother tongue. I also read books in several languages: French, English, Swedish, German and Dutch. But even though I learned the basics in school, I mostly learned languages on my own. In this blog post, I want to share a few methods that worked for me and that I hope will work for you too, whether your goal is to learn a foreign language because you want to travel or you want to read books written in another language.

These methods are a bit unconventional and might not work for you, but if you’re trying to improve your skills in another language and you feel like the method you’re using isn’t working, I hope my post will help you find something that works for you. Teenagers and adults can both try the methods I mention.

1) The basics

First, I want to say that for most languages I started learning some basics like you would do in school. I learned some grammar to understand how sentences are structured. But I noticed very quickly that it wasn’t enough to understand a movie, read a book and of course write fiction in another language.

As a former translator, I wish teachers didn’t just ask their students to learn lists of vocabulary, for instance with an English noun and a French translation, without warning them. Because I think there’s a risk with this method: languages don’t work like math. Each word has several meanings and connotations. Of course it’s not their goal, but students could imagine that one word always equals another, although it’s only the case for one particular meaning.

My other problem with this method (at least it was a problem for me) is that I forget words whose meaning I learned by heart very easily whereas I memorize much more easily words whose meaning I guessed thanks to their context.

So here are some methods I’ve been using to improve my skills.

2) Movies

English was the first language I learned on my own. Today I see the difference between German (the first foreign language I was taught) that I only studied in school and English that I learned in school, but also on my own, in a more intuitive way.

I actually improved my English reading skills without even realizing it while I watched The Lord of the Rings. I was a big fan of the movie, and after watching The Fellowship of the Rings a few times, I knew the dialogues by heart and it had lost its interest. So I started watching the movie in English with English subtitles. I can’t tell how many times I’ve watched it anymore. I knew the French dialogues, and with basic grammar skills I started guessing the meaning of the words. And I learned how to use words in the right context. Maybe I didn’t understand a particular word when I first read it, nor did I understand it the next time, but after a few times, I ended up guessing its meaning.

Watching movies or TV in another language has become very easy, so I highly recommend watching movies in another language if you want to improve your reading and listening skills.

3) Video games

If you play video games, you may have noticed that you can easily change the language of your favorite games. It’s another way to improve your skills and it’s both fun and useful.

4) Reading

It might surprise you, but I started reading books in English when I was 13, less than a year after I started learning English in school. My first book was neither a bilingual book nor a tale for children. It was Harry Potter and The Order Of The Phoenix, the longest book in the Harry Potter series. And the worst part was that at that point, I definitely couldn’t understand all the words I read on the first few pages of the book. But by the end of the book, I’d opened a dictionary only a couple of times.

You’re probably thinking that I didn’t understand anything. But I can tell you I did understand the story. I think it’s another preconception about language learning. Some people believe you have to understand every single word to be able to read a book. But can you tell me you know every single word in the English dictionary? Don’t you ever learn new words and guess their meaning thanks to their context? Were you able to understand your mother tongue from the day you were born? It proves that you don’t have to understand every single word to start reading a book in a foreign language. And like I said earlier, if you use the context to understand a word instead of opening your dictionary to check its meaning, you’ll be more likely to memorize it, and you’ll know how to use it.

Harry Potter is my favorite series, so it was the right motivation (I didn’t want to wait until the French translation was released). In my opinion, finding the right motivation is essential if you want to learn a new language.

Moreover, the first book I read was the fifth installment in the Harry Potter series. I’d read the first books in French and I’d watched the movies in English several times, so I’d already learned some vocabulary. I highly recommend choosing a book you’ve already read in your mother tongue, preferably one whose vocabulary isn’t too difficult. The first books I read in Swedish and Dutch were the Twilight books (which is why there’s a row of Twilight books in several languages in my bookcase).

5) Listening skills

a) Cartoons for young children

I was lucky enough to be able to live in Sweden for a few months as an Erasmus student. I’d started learning Swedish with a private teacher when I was 17, but I’d almost never worked on my speaking and listening skills. When I enrolled for a Swedish course at Stockholm University, the method the teacher used was very far from the French method. The teacher spoke in Swedish for three hours every week, and he only made gestures, spoke very clearly and translated a few words into German from time to time. But when I listened to people in the street or watched TV, they spoke much faster and there weren’t any gestures to help me understand what they were saying.

So I started practicing my listening skills with a very weird method: I watched a few episodes of Dora the Explorer in Swedish. With cartoons for older children, the voice is often distorted and they speak much faster, so I understood almost nothing. But cartoons for younger children are supposed to help children learn new words, so I managed to learn a few words and I got used to the sounds.

b) Audio books

I listened to audio books for the first time when I lived in Sweden. I’d already read the first installment in the Twilight series and I’d learned a lot of new words, but I didn’t know how to pronounce them. So I decided to buy the audio books. Listening to the audio books without reading the words would have been very difficult, so I also had the paper versions. Of course, I had to be able to read quite quickly. I listened to the audio book and read the text at the same time, so I could memorize the spelling of each word along with its pronunciation. It helped me improve my listening skills.

c) TV, movies and YouTube

Once you’re used to listening to audio books and watching movies with subtitles, you can start watching TV, movies and YouTube videos (for instance, BookTube videos!) without subtitles. If you can’t watch TV in the language you’re trying to learn, you might be able to find a few shows on the website of some channels.

6) Finding a penfriend

Finding a penfriend will help you improve your skills, but also discover their country and traditions. Stockholm University had what they call a “tandem” system, and thanks to that I had a penfriend for a while. I met a girl who was learning French. It didn’t last, but it was a great experience.

7) Living abroad

Of course, the best language learning method is living in a foreign country, even if not everybody can afford to do that. But I did notice that I improved my skills much more quickly while I lived in Sweden.

I hope this blog post helped you find a few language learning methods that you’ll be able to use. Above all, I think finding the right source of motivation is essential.

Do you know any other language learning methods? Let me know in the comments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.